hashtag social media blog réseaux sociaux SEO web actus internet

Actus du Web – S02E49 – Semaine 10

Tiens des Actus du Web à la bourre ! Ça faisait longtemps ! Cette semaine, on refait le point sur la Ligue du LOL, on explore une enquête du Wall Street Journal sur les infos que partagent les applis les plus populaires avec Facebook, que tu le veuilles ou non et on fait un tour du côté des réseaux sociaux Instagram et Facebook Messenger.

Sounds good ? Let’s go alors !

Pluie de sanctions après l’affaire de la Ligue du LOL

Tu sens qu’on est dans une nouvelle ère quand les agresseurs et les harceleurs sont punis une fois que les faits sont révélés. Avec les révélations de Check News puis les dizaines de témoignages partagés en ligne, il a été difficile pour les membres de la Ligue du LOL de rester anonyme et d’échapper à la justice (et je ne parle pas ici de la Justice au sens juridique du terme, puisque aucune plainte n’a été déposée, mais plutôt au sens universel, la justice dans le sens rétablissement de l’équilibre).

En effet, on apprend dans les colonnes du Monde qu’après avoir été suspendus à titre conservatoire, Vincent Glad, fondateur de la Ligue du LOL et Alexandre Hervaut, membre très actif et bien connu sur Twitter pour son humour borderline acerbe, ont tous les deux été licenciés de Libération. La direction du quotidien a déclaré :

La direction n’avait d’autre choix, dans la mesure où les faits rendus publics à cette occasion, qui ont causé des dommages graves à plusieurs personnes, se situent à l’exact opposé des valeurs que le journal défend depuis sa fondation

Le Monde, 4 mars 2019

Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à avoir vu des répercussions sur leur vie professionnelle en conséquences de leurs actes passés : Le Monde décompte ainsi une dizaines de suspensions suite aux révélations (journalistes, communicants, agents de la Ville de Paris…). Et si certains ont toujours leurs jobs, d’autres ont soit vu leurs collaborations dans divers médias annulées ou ont tout bonnement préféré quitter leur poste.

Alors que certains pourraient dire que c’est trop injuste, que les faits se sont produits il y a longtemps et que les gens ont changé, et même, qu’ils se sont excusés alors c’est bon quand même…pour celles et ceux qui ont subit la haine et le harcèlement, ce n’était pas il y a si longtemps et le trauma est encore bien vif.

L’équilibre est rétablit.

Source


Tu donnes des infos persos à des applis et elles balancent tout à Facebook

C’est beau le futur et on a de la chance, on est en plein dedans ! Imagine ! Tu as des applis pour gérer tout et n’importe quoi, ton sport, ton alimentation, tes règles, tes recherches d’appartement, ta banque en ligne, tes ami·e·s, tes rencontres, tes kinks, tes moindres secrets sont dans ton téléphone, et cette petite bête tient dans ta poche !

Partant de ce beau constat, que nous racontons absolument tout à nos téléphones, le Wall Street Journal s’est demandé dans quelle mesure les applis communiquaient entre elles (chose qu’elles jurent leur grand dieu de ne pas faire voyons, pour qui les prenons-nous ?!).

Évidemment, c’est pas joli-joli, tu penses bien !

The social-media giant collects intensely personal information from many popular smartphone apps just seconds after users enter it, even if the user has no connection to Facebook, according to testing done by The Wall Street Journal. The apps often send the data without any prominent or specific disclosure, the testing showed.

Wall Street Journal

Pour faire simple : le WSJ a testé des dizaines d’applis qui récoltaient des données dites sensibles (santé, finance, achat immobilier…) et a monitoré les données qui étaient envoyées après leur utilisation et surtout, vers qui étaient envoyées ces données. L’enquête a ainsi révélé que Facebook récoltait des données depuis ces applications très populaires parfois quelque secondes après leur utilisation, même quand l’utilisateur n’est pas connecté à Facebook, voire même s’il n’a pas de compte Facebook du tout ! Cerise sur le gâteau de merde, les apps partagent ces informations sans véritablement en informer les utilisateurs de manière claire.

What a wonderful time to be alive, je ne le dirai jamais assez !

Schéma de partage des données personnelles avec Facebook. Exemple avec l’appli Flo.
Source : Wall Street Journal

Autre point assez dingue, qui en dit long sur notre rapport à nos données et à ce que l’on considère comme confidentiel et sensible, c’est qu’après avoir testé les apps les plus populaires de l’Apple et Google Store, le WSJ a constaté que les applis concernant nos finances ne partagent rien avec Facebook, et seules deux d’entre elles envoient d’ailleurs des infos. En revanche, pour ce qui est des applis du domaine de la santé, au moins 6 des 15 applications les plus populaires envoient des informations sensibles juste après leur collecte. En gros, ce qui touche à la thune est bien protégé, considéré comme très confidentiel et privé mais la santé, alors que c’est ce que tu peux avoir de plus intime ou presque, ça, osef, on partage avec Monsieur Facebook, ça fait plaisir !

Among the top 10 finance apps in Apple’s U.S. app store as of Thursday, none appeared to send sensitive information to Facebook, and only two sent any information at all. But at least six of the top 15 health and fitness apps in that store sent potentially sensitive information immediately after it was collected.

Wall Street Journal

Ça dit quand même pas mal de choses sur notre rapport à la thune et à notre corps non ? Y’a que moi que ça choque ?

Bref. Pour être quand même sûr de ses découvertes, le WSJ a fait relire ses données par Disconnect, spécialiste des outils pour que nous gérions mieux notre vie privée en ligne. La société a confirmé les découvertes du journal, mais a aussi été jeter un œil dans les règles de Facebook pour ce qui concerne la collecte et l’utilisation de données tierces et pour son CTO, c’est assez inhabituel.

Je te laisse savourer la citation en VO :

“This is a big mess,” said Patrick Jackson, Disconnect’s chief technology officer, who analyzed apps on behalf of the Journal. “This is completely independent of the functionality of the app.”

Wall Street Journal

C’est un gros merdier, dit-il, c’est complètement indépendant de la fonctionnalité de l’appli aka, peu importe que Facebook soit là, ou pas, que tu y sois ou pas, il ramasse ce qu’il peut sur toi.

PHOTO : ROBYN BECK/AGENCE FRANCE-PRESSE/GETTY IMAGES

Et on aura beau de jouer la carte de l’anonymisation, comme peut le faire Google pour se dédouaner dans le même article, ça reste quand même très problématique. Je te l’ai déjà dit, je bosse dans l’IT, dans le domaine de la gestion des données, le big data et toutes ces histoires et je peux te dire que ce secteur a parfois un très très gros problème d’éthique.

Non pas que les gens qui y bossent sont tous des gros connards avides de thunes (même si, on pourrait en parler des heures), mais plutôt, que la course à l’innovation, au toujours plus vite, toujours plus gros, toujours plus fort semble se faire au détriment de l’humain, de celui et celle sur qui on se base pour obtenir les centaines de milliards d’octets qu’on traite, qu’on manipule, qu’on transforme, qu’on envoie dans des lacs et qu’on mouline en quelques millisecondes pour donner des beaux graphiques sur les ordinateurs et surtout, faire gagner de l’argent.

J’ai déjà eu ces conversations avec mes collègues dévs et je pense que pour beaucoup, ce n’est pas évident d’avoir une vue d’ensemble de ce que ton code, ton développement, ton flux va avoir comme impact.

Tu as les yeux tellement rivé sur l’infiniment petit, la donnée, l’octet, que tu ne te rends pas forcément compte. Et quand on te vend un métier qui est en train de changer le monde, de participer à la révolution technologique des entreprises, à la transformation digitale de la planète, quand on te montre les prouesses de telle ou telle techno, de la rapidité de traitement, des résultats qui apparaissent en quelques millisecondes… et bien, tu ne prends pas toujours le temps de regarder de plus haut ton secteur, de t’interroger sur ce que tu fais, pour qui et pourquoi tu le fais.

Tout ça pour dire, que c’est bien beau de réussir à traiter des milliards d’octets en quelques minutes, faut pas oublier que derrière ces octets c’est toi et moi qu’on traite. Surtout quand c’est Facebook qui engrange et traite les data pour nous balancer de la pub ultra-ciblée qu’il vend à des annonceurs et se fait 333 milliards de dollars par an avec ça.

Source


Instagram le faussaire ?

Y’a des gens, ils ont des passions qui me dépassent, comme aller fouiller dans le code des dernières versions des applis pour chercher les potentielles nouveautés. Et d’un côté, cette détermination, cette minutie, c’est beau. Et puis, quand tu vois qu’une des mienne c’est de commenter les actus du web et des réseaux sociaux, je suis un peu l’hôpital qui se fout de la charité.

Les derniers en date ont étudié le code de la version Android d’Instagram et ont trouvé des références à une potentielle nouvelle fonctionnalité « Collections », qui n’est pas sans rappeler Pinterest.

En effet, le code repéré par Jane Manchun Wong montre qu’Instagram travaille sur une fonctionnalité permettant de créer des collections publiques qui pourraient être gérées par plusieurs contributeurs. Ça ressemble à un Tableau Pinterest ? Oui, certainement !

Depuis deux ans bientôt, Instagram permet de gérer des Collections en mode privé, mais ce bout de code semble assurer que la plateforme ambitionne une version collaborative et publique de la fonctionnalité.

Pour TechCrunch, la fuite de cette information serait une stratégie pour nuire à Pinterest qui a annoncé vouloir entrer en bourse il y a quelques semaines, rappelant qu’Instagram avait fait la même en sortant sa fonctionnalité Story six mois avant que Snapchat n’entre en bourse.

Source


Facebook teste un dossier spécial pour les messages « Business »

D’après le Search Engine Journal, Facebook serait en train de tester la mise en place d’un dossier « Business » pour Messenger.

Comme d’habitude, cette fonctionnalité est en test sur un nombre retreint d’utilisateurs donc pas de panique si tu ne la vois pas dans ton Messenger. Du côté de l’utilité, le SEJ penche pour une amélioration de la gestion des messages notamment pour les administrateurs de page, qui pourraient désormais ranger leurs messages pros dans un autre dossier et ne plus les retrouver mélangés à leurs messages persos.

Mouais… Pour le moment, rien ne confirme le déploiement de cette fonctionnalité à grande échelle. Pas bien grave, hein !

Source

Messenger goes emo

C’est la sensation de la semaine, le mode « sombre » de Facebook Messenger. Il semble que l’on peut désormais, à l’instar du mode « nuit » de Twitter, passer Messenger en mode sombre et donc, avoir sa messagerie sur fond noir.

C’est une révolution.

Steve Jobs approves

Pour ce faire, il suffirait d’envoyer un émoji croissant de lune à quelqu’un pour activer le truc, et bizarrement, quand j’essaie, ça ne fonctionne pas.

En attendant le déploiement de la fonctionnalité, tu peux essayer de tester. Ou pas.

Source


Trucs importants mais dont j’ai la flemme de te parler


Merci de ton attention pour ces Actus du Web en retard ! Ne te prive surtout pas d’en parler autour de toi et de faire exploser les stats de mon blog ! A la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.