hashtag social media blog réseaux sociaux SEO web actus internet

Actus du Web – S02E45 – Semaine 5

Facebook encore et toujours dans la lumière avec la tribune de Zuckerberg, des nouveautés pour les Pages et une réflexion autour de ses messageries, Gmail offre de nouvelles fonctionnalités pour personnaliser tes emails et Insta débunke une fake news le concernant en un tweet. Et toi, ta semaine, ça a donné quoi ?

Mark, un ami qui vous veut du bien

Salut, c’est Mark. Je suis ton ami !

La semaine dernière, Mark Zuckerberg s’est offert une tribune à la une des plus grands quotidiens d’Europe et des USA. Le Monde, le Wall Street Journal, Die Zeit et plusieurs autres journaux ont en effet publié le 25 janvier dernier les mille mots savamment sélectionnés et arrangés par le grand chef de Facebook (ou son/sa responsable RP).

La raison de cette opération ? Pour les 15 ans de la plateforme le 4 février, Mark s’est dit qu’il était temps d’être transparent et clair sur le fonctionnement de Facebook (le mec tient ses résolutions de nouvelle année, pour le moment) et de son modèle économique.

Alors, est-ce qu’on apprend quelque chose de cette tribune ? D’après Numérama, pas vraiment. Si Zuckerberg est effectivement très honnête transparent factuel sur le fonctionnement de la plateforme, on remarque surtout qu’il « oublie » de dire des choses.

Un exemple par exemple :

« For example, we don’t sell people’s data, even though it’s often reported that we do. In fact, selling people’s information to advertisers would be counter to our business interests, because it would reduce the unique value of our service to advertisers. We have a strong incentive to protect people’s information from being accessed by anyone else. »

Mark Zuckerberg, « Why it’s important that Facebook remains free », op-ed 01/25/2019.

Mark Zuckerberg, expliquant le fonctionnement de Facebook, rappelle que Facebook ne vend pas nos données à des tiers. Ça c’est vrai et faire le contraire serait complètement con vu le pognon que ça rapporte. En revanche, ce qu’il oublie de préciser c’est ce que fait vraiment Facebook : donner accès à nos données à des tiers pour du ciblage publicitaire.

« Facebook vend un droit d’utilisation de ces profils publicitaires ciblés. Ce qui, pour l’utilisateur, est exactement la même chose en termes d’expérience : il va être pressé par la publicité ciblée »

Julien Cadot, journaliste à Numerama.

Et il est plutôt là le problème avec cette tribune, qui entend, une fois de plus, dédiaboliser la plateforme : elle omet, sciemment et volontairement, les dérives de Facebook et les très nombreux problèmes liés à la collecte massive des données de ses utilisateur·ice·s. Comme le souligne Julien Cadot un peu plus loin, il est grand temps que Facebook s’interroge sur la pertinence à collecter autant de données simplement parce qu’il y a accès. Est-ce VRAIMENT mieux pour l’user ? Est-ce que ça lui permet VRAIMENT de ne voir que des contenus ciblés intéressants qui lui permettent de grandir, d’échanger, de changer le monde, l’objectif premier de Facebook comme semble le soutenir Zuckie depuis 15 ans maintenant ?

Je n’en suis pas certaine du tout. Mais Mark lui, semble se tenir plutôt droit dans ses œillères et continuer de croire que Facebook ne fait rien de mal. Dans sa tribune, il ose même sous-entendre à plusieurs reprises que ce n’est pas Facebook le méchant mais plutôt, « les gens » :

 » The only reason bad content remains is because the people and AI systems we use to review it are still evolving and improving — not because we have an incentive to ignore it. « 

Mark Zuckerberg, « Why it’s important that Facebook remains free », op-ed 01/25/2019.

C’est moi ou ça sens un peu la mauvaise foi ? Dire que ni Facebook, ni les marques, ni les internautes n’ont envie de voir du « mauvais » contenu mais que s’il y en a encore c’est la faute des modérateur·ice·s et de l’IA utilisée pour modérer les contenus, c’est un peu léger pour une compagnie qui pèse des milliards de dollars et qui paye ses modos la misère.

Il enchaîne ensuite sur le fait que grâce à Facebook, des millions de petites entreprises peuvent faire de la pub, vendre leurs produits et créer des emplois dans le monde entier. Zuckerberg conclue alors en disant que le business model de Facebook permet de créer un monde meilleur, où « tout le monde a une chance de s’exprimer et d’être entendu, où tout le monde peut créer une entreprise à partir de rien« .

Alors voilà, on en est là. Facebook, c’est l’American Dream… Mais faudrait rappeler à Mark que c’est pas une raison pour en faire un far-west.

Source

Et si tu veux lire gratuitement la tribune tu peux visiter ce site.


Du nouveau dans Gmail

Des nouvelles fonctionnalités ont été récemment ajoutées sur Gmail, messagerie de sa Majesté Google que tu utilises peut-être. Si comme moi, ta version n’a pas encore été mise à jour saches que tu pourras bientôt BARRER DU TEXTE directement depuis la création de ton message.

Source Le Blog du Modérateur

Ça peut paraître anodin mais c’est quand même pratique quand tu dois annoter du texte, barrer du contenu pour montrer qu’une tâche est effectuée ou autres besoins liés au barrage du texte. Et tu noteras également l’apparition des flèches « annuler » et « recommencer » en haut à gauche de la barre de mise en forme. Tu pouvais déjà annuler/recommencer une action, mais via le raccourci CTRL+Z ou CTRL+Y mais un image valant mille raccourcis clavier…

Source


Facebook seal of quality

Avec l’arrivée de Page Quality, Facebook entend responsabiliser les administrateurs de Pages. Mais Page Quality, c’est quoi donc ? Et bien, c’est un nouvel onglet qui arrive sur les pages et qui permettra aux administrateurs de ces dernières de voir les contenus supprimés et les fake news flaguées par le réseau social.

L’objectif, donc, les responsabiliser, notamment pour les pages qui ont plusieurs admins, sur les contenus qu’ielles partagent et leur montrer quels contenus ont été supprimés, quelles étaient les fake news et surtout, quel·le admin de la page les a posté.

Source Le Blog du Modérateur

Cet onglet restera privé et accessible uniquement aux Admins des Pages. C’est con, ça aurait carrément pu intéresser les utilisateur·rice·s ce genre de gadget !

Source


Facebook ter

Avec plus de 3 milliards d’utilisateur·ice·s cumulé·e·s chaque mois, les messageries de Facebook (Messenger, WhatsApp et Instagram Direct) représentent un atout majeur pour la plateforme. Et la rumeur de la semaine dernière concernant une éventuelle unification des trois messageries permettrait à Facebook de devancer encore plus la concurrence (on se parle d’iMessage d’Apple, principalement).

En effet, même si rien n’est encore fait, il semblerait que Facebook soit en train de réfléchir à un système qui permettrait d’unifier les protocoles des trois messageries qui, jusqu’à présents, ne pouvaient pas communiquer entre elles. Le but, permettre aux users de se parler depuis n’importe quelle plateforme sans difficultés et ce, de manière chiffrée de bout en bout (et c’est aussi ça la grande nouveauté).

L’info est apparue dans le New York Times avant d’être reprise sur The Verge, qui a même eu une semi-confirmation du projet par un représentant de la firme

« Nous voulons créer la meilleure expérience de messagerie possible et les gens souhaitent que l’échange de messages soit simple, rapide, de confiance et privé », peut-on lire. Le porte-parole affirme également que Facebook travaille à « chiffrer de bout en bout de plus en plus de ses produits de messagerie  » et cherche à « rendre plus simple l’accès aux familles et amis entre les différents réseaux  ».

Source Numerama

Source


Message à caractère informatif de la part d’Instagram

Un thread à dérouler sur Twitter ou alors tu lis la suite de l’article.

Si tu es sur Instagram, tu as du voir passer des messages « d’influenceur·se·s » sur le réseaux expliquant qu’Insta limitait le reach de leurs posts à 7% de leurs followers et t’invitant à liker pour faire remonter leurs posts dans ta timeline.

Évidemment, c’est des conneries, et Insta l’a expliqué dans un thread publié sur Twitter le 23 janvier dernier.

En substance, la plateforme rappelle que le feed de chaque personne dépend des posts et des comptes avec qui ielles ont le plus d’engagement (like, commentaires, partage en Story…) ainsi que d’autres facteurs tels que le moment de la journée ou le nombre de comptes qu’ielles suivent…

En revanche, assure la plateforme, aucun changement n’a été fait dans la manière dont sont distribués les posts et il est hors de question pour Insta de « cacher » certains contenus aux followers d’un compte.

C’est dit.

Source


On se donne rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles aventures social media web marketing hashtag tout ce que tu veux. En attendant, parle d’HSM autour de toi ! Bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.