Actus du web – Episode 3 – Semaine 37

Hello World et bienvenus-es dans ce troisième épisode des Actus du Web ! #ADW est une rubrique hebdomadaire qui fait le tour de ce qui a agité le web et les réseaux sociaux la semaine précédente. Nouvelles fonctionnalités, nouvelles plateformes, beau coup de com’ ou gros plantage, HSM veille toute la semaine et te transmet le best of chaque lundi !


Whatsapp officialise le lancement de ses services business

Annoncé sans vraiment l’être la semaine dernière déjà, Whatsapp a officialisé cette semaine la création de Whatsapp Business, une nouvelle application gratuite dédiée aux petites entreprises. La fameuse messagerie gratuite, rachetée par Facebook en 2014 et comptant pas moins d’un milliard d’utilisateurs quotidiens, a également confirmé qu’elle travaillait sur une série d’outils dédiés aux grandes entreprises opérant à échelle internationale (mais on ne sait pas si ceux-là seront gratuits pour les entreprises utilisatrices, pour le coup).

Pour les entreprises, petites ou grandes, le développement d’outils « pros » sur Whatsapp va surtout leur permettre d’enrichir leur relation client. Des services de suivi d’envois, de confirmation de livraison ou de réservation de vols sont déjà évoqués par Whatsapp, mais sans m’avancer de trop, je pense qu’il ne va pas falloir longtemps avant qu’on reçoive des messages de pubs ou des codes promos. Heureusement qu’on pourra bloquer les entreprises qui essayent de nous contacter !

Source


LinkedIn sort son Audience Network

C’est l’outil préféré des entreprises B2B et des recruteurs, LinkedIn vient d’annoncer la mise en place d’un Audience Network, réseau de diffusion de publicités sur des sites et des apps partenaires. Ainsi, lorsque tu souhaiteras diffuser de la pub sur Linkedin, si les tarifs ne te font pas peur, tu auras désormais la possibilité de diffuser ton message sur les réseaux MoPubSharethrough, Google Ad Exchange , MSN et Outlook.

A la manière de Facebook, qui a lancé son réseau de diffusion en 2014, LinkedIn ouvre donc la possibilité d’utiliser ses données de ciblage, très pointues, il faut le reconnaître,  pour diffuser sur d’autres sites et applications. La fonctionnalité n’est pour l’instant disponible que pour les annonces anglo-saxonnes, mais un déploiement mondial est dans les tuyaux. Côté visiteur, on ne s’apercevra probablement de rien, ces publicités étant « natives » c’est-à-dire intégrées sur le site ou l’application qui les diffuse. En mode scred, si tu veux.

Source


Géofiltrer sur Snapchat, c’est désormais possible !

Tu en rêvais Snapchat l’a fait : il est désormais possible de créer des géofiltres personnalisés ! Si tu snapes pour une communauté (école, quartier, ville, lieux publics) il ne t’en coûtera pas un rond, ce qui est plutôt cool. Si tu veux créer un géofiltre perso (pour ton anniversaire, ta barmitzva, ton mariage, ta pendaison de crémaillère…) il faudra débourser 5€ au minimum et le filtre aura une durée de vie limitée. Enfin, si tu es un entreprise, une marque, un événement, c’est payant aussi (mais on nous dit pas combien, là, tout de suite).

Le concept est simple : un visuel (à créer dans son Photoshop ou dans l’éditeur de visuel mis à dispo par Snapchat et a priori, bien foutu), une zone géographique d’activation et des dates pour déterminer quand ce filtre sera disponible (et du coup, combien ça va te coûter).

Le fait que ce soit payant pour les particuliers est plutôt malin, même si j’en entends déjà certains râler que ouais, c’est chié, c’est cher, je voulais en faire un pour l’anniv de mon poisson rouge et tout ! Mais j’ai envie de te poser la question suivante : as-tu vraiment envie de voir un géofiltre de la bite de ton voisin, qui, voyant que c’était gratuit, se serait dit « pourquoi pas » ? Non hein ? C’est bien ce que je pensais… Bon en vrai, Snapchat valide les Géofiltres avant de les mettre en ligne, donc on ne devrait pas avoir de géobites, mais bon, je ne suis pas allée lire les petites lignes des CGU non plus pour m’en assurer !

Source


Mieux vivre les threads sur Twitter

Arrivés depuis quelques mois sur le réseau à 140 caractères, les threads sont devenus en un rien de temps un vrai nouveau moyen de communiquer via Twitter. Storytelling, création littéraire, live-tweets originaux ou coups de gueules en plusieurs volumes sont maintenant légion et c’est sympa. Ou c’est chiant selon les points de vue.

En tout cas, il y en a qui ont rapidement  flairé le bon coup, j’ai nommé les gens qui savent coder et qui ont su répondre aux problématiques entraînées par les threads avec des petits outils bien pensés.

Splitters.co te permet de taper ton rant  en un seul bloc et te le découpera automatiquement en plages de 140 caractères, te permettant même de configurer ta méthode de numérotation. C’est-y pas merveilleux ça ?

Et pour celles et ceux que le scroll fatigue – parce que, bon, quand même, depuis l’avènement des threads, on a quand même vu une augmentation de 89% des tendinites de l’index, ne l’oublions pas – il y a Thread Reader. Soit tu copie-colles le lien du premier tweet du thread sur le site et PAF, il te le restitue en bloc pour un confort de lecture inégalé ou bien, tu mentionnes @tttthreads suivi du mot « unroll » en réponse au premier tweet du thread et tu reçois quasi instantanément une réponse avec le lien vers le thread déroulé.

Dieu bénisse la technologie et merci pour nos index fatigués.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.