actus du web hashtag social media bannière 2018

Actus du web – Épisode 29 – Semaine 13

Hello World et bienvenu·e·s dans ce vingt-neuvième épisode des Actus du Web ! #ADW est une rubrique hebdomadaire qui fait le tour de ce qui a agité le web et les réseaux sociaux la semaine précédente. Nouvelles fonctionnalités, nouvelles plateformes, beau coup de com’ ou gros plantage, HSM veille toute la semaine et te transmet le best of chaque lundi (environ).

Facebook/Cambridge Analytica : la grogne des annonceurs

Après le Congrès Américain, le Parlement Britannique et le Parlement Européen, c’est au tour de l’Union des Annonceurs, un syndicat qui représente plus de 1000 marques en France, de demander des comptes à Facebook sur le merdier avec Cambridge Analytica.

Cette fois-ci, ça risque de provoquer une réaction plus rapide de la part de Markie puisque ça va toucher directement au portefeuille de la firme. En effet, certains annonceurs ont annoncé suspendre leurs investissements publicitaires sur la plateforme, par précaution et l’UDA a « sollicité une rencontre immédiate avec Facebook afin d’obtenir des explications sur les liens éventuels entre les données qui ont fait l’objet des fuites et celles collectées par la plateforme au travers de ses activités publicitaires ».

portesting manifestation anonceurs facebook explication pas contents

GIF Giphy

Dans un communiqué, l’UDA rappelle que le consommateur doit pouvoir choisir et contrôler l’utilisation de ses données en ligne et qu’elle travaille avec la Fédération Internationale des Annonceurs pour la paix dans le monde réaliser « un écosystème qui place le consommateur au cœur des préoccupations de tous ».

Oui, parce que si tous les consommateurs se barrent des réseaux sociaux parce que quelques connards ont abusé sur le trafic de données personnelles, comment EUX, pauvres annonceurs vont-ils pouvoir continuer à faire du business en envoyant de belles pubs bien ciblées aux consommateurs ? Hein !? #MauvaiseLangue

Source


Facebook (bis) : La fin des data brokers

Dans un tout petit communiqué qui était sensé passer en tout discrétion mais que tout le monde, y compris moi, a relayé, Facebook a annoncé la semaine dernière qu’il arrêtait ses deals avec les data brokers et ne fournirait plus certaines de leurs données pour le ciblage publicitaire à ses annonceurs.

Plusieurs questions :

1. C’est quoi un data broker ? Un data broker c’est, en français de Molière, un agrégateur de données, aka une entreprise qui collecte des données sur les gens via les Internets et qui en fait des beaux fichiers et les revend à des entreprises (ici, Facebook) qui font de la pub pour mieux cibler les consommateurs à qui on veut que ces pubs soient adressées. Souvent ce sont des données démographiques, mais ça peut aller plus loin grâce aux cookies, trackers et autres joyeusetés technologiques.

2. Qu’est-ce que ça a à voir avec Facebook ? Facebook avait des « partenariats » avec certains data brokers qui lui permettait de fournir à ses clients annonceurs de belles informations précieuses pour cibler les utilisateurs de Facebook à qui ils souhaitaient montrer leurs pubs. Mais au vu du bordel Cambridge Analytica, Facebook se dit, à juste titre, que montrer qu’il fait du biz avec ce type de boîtes ne va pas aider à (ré)instaurer une relation de confiance avec ses utilisateurs déjà pas mal sur le départ. Du coup, hop, SMS de rupture, ghosting et on n’en parle plus.

3. Ça va bien sinon toi ? Ouais, ça va, merci et toi ?

Source


Facebook (ter) : une extension Firefox pour ne pas être tracké·e

Pour continuer dans le sujet du moment, si on parlait de Facebook ? C’est une info qui intéressera plus particulièrement les utilisateur·rice·s de Firefox qui n’ont pas encore quitté Facebook. Il existe une extension qui permettrait d’empêcher Facebook de te traquer sur le web quand tu as l’outrecuidance de te balader ailleurs que sur sa plateforme.

happy fox renard content firefox extension anti trackng facebook

Un renard content parce que c’est mignon. GIF Giphy

Facebook Container supprime les cookies de Facebook et déconnecte l’utilisateur de la plateforme dès qu’il la quitte. De plus, quand il s’y connecte, l’extension place l’identité dans un « conteneur », empêchant Facebook de traquer l’user une fois la plateforme quittée. « Si vous cliquez sur un lien non-Facebook ou accédez à un site web externe dans la barre d’URL, ces pages seront chargées à l’extérieur du conteneur », explique la page de l’extension.

Ça fonctionne sur Firefox desktop, pas sur mobile et on rappelle que quand on utilise un bouton « partager sur Facebook » depuis un site extérieur, Facebook récupère les infos.

Source


Grindr a lui aussi un léger problème de data

Deux petites infos qui font chier les utilisateurs de Grindr, la célèbre application de rencontre pour les hommes homosexuels.

La première est qu’une faille de sécurité a été détectée par le créateur d’une application tierce appelée C*ckblocked, qui permet aux utilisateurs de Grindr de savoir qui les a bloqué sur l’appli. Nombreux ont été tenté de savoir et ont donc accepté de se connecter à C*ckblocked avec leur identifiants Grindr. Et c’est comme ça qu’on a découvert que pas mal de données transmises à l’appli tierce (avec le consentement des utilisateurs qui ont, as usual, du bien lire le petit pop up qui est apparu au moment de l’installation de l’appli avant de cliquer su OK) n’étaient pas cryptées, notamment la géolocalisation. Pas cool.

queer eye for sure

GIF Giphy

Et la seconde, c’est que pendant longtemps, Grindr a partagé le statut sérologique de ses utilisateurs avec des entreprises tierces. Même si elle a annoncé en début de mois avoir arrêté ce partage d’informations plus que confidentielles, Grindr ne se fait pas une image bien safe et respectueuse de ses utilisateurs avec ces deux failles. Et par les temps qui courent, avoir la confiance de ses utilisateurs, c’est pas du luxe.

Source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.